Peuples des Premières Nations du Yukon

Les manchettes du 17 juillet 1897 dans un journal de Seattle ont changé le cours du monde qui était dans une dépression avec des immigrants affluant au Canada, tous se grattant pour une vie meilleure que celle qu’ils avaient laissée derrière eux.

Pour les Canadiens autochtones du Yukon, les Tlingits de Watson Lake et de Carcross et les Tr’ondëk Hwëchin de Dawson ont chacun ressenti la poussée incessante des hommes blancs sur leurs territoires. Avec cet assaut est venu le whisky, quelque chose que ces gens n’avaient jamais rencontré auparavant, et pour lequel ils n’avaient aucune résistance.

Le chef Isaac des Tr’ondëk Hwëchin dirigeait le camp d’été de Moosehide, situé dans l’actuelle Dawson. Ne voyant pas la fin de l’arrivée des pillards, il a décidé qu’il valait mieux déplacer tous ses gens trois milles plus loin sur le fleuve Yukon jusqu’à son emplacement actuel. Étant si proches de la harde de caribous de la Porcupine, les Tlingits et les Tr’ondëk Hwëchin craignaient peu que les pillards déciment le nombre de caribous et d’orignaux disponibles comme source de nourriture. Le nombre de poissons et la variété d’espèces ont continué à frayer dans les affluents des nombreuses rivières du nord, remplissant les caches de chiens de traîneau et fournissant de la nourriture à tous les habitants des rivières.

Pour les Canadiens autochtones des montagnes Rocheuses, un afflux de visages blancs est apparu là où à peine un ou deux ermites excentriques étaient auparavant vus.Edmonton, en Alberta, un village sans compte et à cheval, est devenu du jour au lendemain une importante ville de pourvoirie en milieu sauvage. Edmonton a eu du mal à rivaliser avec Seattle, dans l’État de Washington, dont les magasins à quai ont bénéficié d’une aubaine de clients du monde entier jusqu’aux années 1920. Les passagers de chaque navire qui a accosté ont inondé tous les marchands de Seattle, cherchant de A à Z des produits de première nécessité, des aliments en conserve, des cordages, des vêtements en laine et des bottes en gomme. La ruée vers l’or a envoyé des constructeurs de navires du monde entier pour relever tous les remorqueurs sabordés et en panne qui pourraient être transformés en un navire digne de la mer.

Pour atteindre Dyea, Skagway ou Juneau, la navigabilité a été testée car les navires suivaient la couverture de protection du Passage Intérieur. Les cargos et les navires à passagers remontant le fleuve Yukon répondaient à des exigences différentes. De larges roues arrière à fond plat étaient nécessaires pour naviguer dans les profondeurs de trois à six pieds du Yukon avec ses bancs de sable sinueux. Du jour au lendemain, Seattle a employé tous les réparateurs de navires, capitaines de navires, équipementiers de navires océaniques, métallurgistes, soudeurs, membres d’équipage de cabine, cuisiniers de cuisine et serveurs pour satisfaire la file interminable de personnes souhaitant se rendre dans le nord. Edmonton et Seattle ont tous deux bénéficié du sensationnalisme que tous les journaux pratiquaient à cette époque, mais Seattle a continué à répéter des exagérations pendant des années, prêt à saisir l’argent de quiconque chuchotant Klondike. Edmonton a également dupé les clients avec des mensonges complets en vantant sa « route entièrement canadienne », qui n’a officiellement commencé qu’en 1908 et s’est terminée au début de 1910. Avant ces années, il n’y avait aucun sentier, aucune route, aucun passage à l’échelle emballeurs à cheval. Parmi les nombreux bousculeurs qui ont quitté Edmonton avant 1910, un nombre écrasant ont été tués, gelés, empoisonnés, noyés, affamés ou entraînés par les bourbiers et les sables mouvants. Dans la plupart des cas, aucun os ni aucun animal n’ont été récupérés ; les ressources limitées des peuples autochtones des montagnes Rocheuses ont été si intensément mises à l’épreuve. Ces peuples gardaient leurs cols secrets et leurs raccourcis sur les crêtes des montagnes dans le plus grand secret. Avec des visages blancs venaient la maladie et la mort. Il y avait une réelle crainte parmi les groupes isolés que des visages blancs racontent aux autres des cols cachés, amenant plus de Blancs et leur vérole dans les territoires de Dane-zaa ou Doig River ou Blueberry River. Lors du passage en dessous du 60e parallèle, les jours et les nuits d’égale durée sont revenus à la normale. Les Rocheuses n’avaient que peu de gibier pour tous ces peuples, alors la famine a incité chaque groupe à considérer les intrus comme des voleurs et des meurtriers. Les visages blancs apportaient des maladies et la mort devait donc être évitée à tout prix. En 1907, les Pieds-Noirs des environs d’Edmonton avaient appris à mieux vivre dans un monde en évolution qui les a poussés vers une réserve majeure où ils pouvaient protéger leurs chants et leurs coutumes. Dans les Rocheuses, la rivière Doig, la rivière Blueberry, Kaska-Dena et la Dane-zaa menaçaient toujours les autorités avec des promesses de “tuer tous les visages blancs que nous voyons, tuer leurs chevaux et brûler leur alimentation” en réponse à l’augmentation du trafic à l’intérieur leurs territoires avec de maigres ressources pour se vêtir et se nourrir. Dans mon roman The long shot, je décris les Dane-zaa comme un groupe dont la lutte est si critique pour survivre, qu’ils remplissent un accord avec un autre groupe pour transporter deux visages blancs, mais non sans envoyer un message à tous les visages blancs. La seule façon d’envoyer un message de « rester à l’écart » était de maltraiter Nazaire et Raoul. Un jeune orphelin était élevé pour montrer du mépris et de la haine pour les visages blancs. Parce que ce groupe avait tant de membres âgés, ce garçon était élevé avec un objectif pour la vie ; ramasser du bois pour les autres, chasser ou pêcher pour les autres. Quand le garçon serait assez grand, dix ans peut-être, il partait seul dans le cercle des groupes familiaux et fournissait du bois de chauffage et de la viande aux jeunes mères absentes. Bien qu’il s’agisse d’un exemple extrême de rôles communautaires, ces rôles existaient. J’ai écrit cette scène pour montrer à quel point certaines communautés autochtones vivaient pour s’assurer que tous les membres de leur bande avaient du bois de chauffage et de la viande fraîche.

 

Joyce

Joyce Derenas is a historical fiction author who writes stories based on the real lives of her French-Canadian ancestors of the Beauce Valley in Quebec.